Quels sont les clichés les plus célèbres de Yann Arthus-Bertrand ?

Publié le : 20 octobre 20214 mins de lecture

Yann Arthus-Bertrand, fut né le 13 mars 1946. Il fut renommé par ses œuvres dans la photographie, le reportage et dans la réalisation du film. On expose ici ses quelques clichés les plus célèbres.  

Bords du Gange, Allahabad, Uttar Pradesh – en Inde

La procession religieuse de Kumbh Mela amène des millions de fans hindous sur les rivages du Gange au confluent de la rivière Yamuna. La date est fixée par le calendrier astronomique avec les positions du soleil, de la lune et de jupiter. Une fois par an, il devient énorme et accueille jusqu’à 6 millions de personnes en deux mois. C’est la plus grande rencontre humaine au monde. Des tentes ont été installées sur la rivière et des ponts temporaires pour la baignade ont été construits dans la maison des pèlerins pendant cinq jours. Ils viennent se baigner dans le Gange pour être baptisés. D’autres religions organisent des pèlerinages dans des lieux et à des moments réservés aux croyants. Ainsi, près de 5 millions de musulmans se réunissent chaque année au 12e mois lunaire du calendrier islamique à La Mecque, en Arabie saoudite. L’église Notre-Dame de Guadalupe, au Mexique, est visitée chaque année par environ 15 millions de catholiques, tandis qu’à peu près 6 millions de personnes visitent la cathédrale de Lourdes, en France.

Lac Magadime – Kenya

Il y a environ 30 millions d’années, une grande éruption a été créée par la rupture de la croûte terrestre de près de 7 000 km de long en Afrique de l’Est. Cette vaste mine, une série de dépressions dans la mer Rouge du Mozambique (vallée du Rift), entourée de hauts plateaux volcaniques, abrite plusieurs Grands Lacs (Turkana, Kivu, Tanganyika, Malawi…) et plus petit que le lac Magadi Sud du Kenya. Le lac est alimenté par l’eau de pluie qui s’écoule des pentes volcaniques des pays voisins et emporte les sels minéraux, mais principalement des sources chaudes et à une forte teneur en sel. À certains endroits, la surface de son granit de sel déposé est enfoncée, cristallisant lorsqu’elle est mélangée à de l’eau sale. Malgré son caractère inhospitalier, il n’est pas sans vie : il n’y a qu’un seul poisson endémique qui se rencontre dans des eaux basiques de pH 10  vec des températures supérieures à 40 °C. Des millions d’espèces de champignons plus petites (Phoenicopterus minor) se nourrissent de microalgues/, crevettes et autres frayères coquilles.

Pêche au barrage d’Imboulou – République du Congo

Le barrage, inauguré en juin 2011, vise à promouvoir l’indépendance énergétique du pays et, en particulier, l’indépendance de la capitale, Brazzaville, qui a jusqu’ici reçu l’électricité de la République démocratique du Congo voisine. Cela vient de là : en effet, les pays en développement utilisent régulièrement l’hydroélectricité pour produire de l’électricité, même si les projets des Pharaons sont aujourd’hui discutés, car ils conduisent à la destruction de la biodiversité et des performances démographiques. Pour lui, le barrage d’Imboulou, construit sur la rivière Lefini dans une zone peu peuplée, semble n’avoir que des conséquences légèrement négatives. Même si la sagesse des arbres s’avère restaurée.

Plan du site